Détours sur le miroir pour de nouveaux miroirs commandés à 21 designers: En préambule, on insistera sur la difficulté de définir le miroir, cette surface saturée d’innombrables paradoxes (face/revers, lumières/ténèbres, illusions/vérités, féminin/masculin, domestique/public, intime/social, ami/ennemi, vertus/vices, fixe/nomade, opaque/transparent, solide/fluide, plan/convexe, discret/décoratif, religieux/profane…) qui disent, à eux seuls, l’intérêt qu’il n’a cessé de susciter. Parmi ces confrontations, commençons par le féminin et le masculin. Présent à toutes les étapes de la vie de la femme, le miroir est le complice des désirs (Le maquillage des lèvres, Papyrus érotique de Turin, Musée d’art égyptien), des plaisirs et des secrets féminins. Dès l’Antiquité, il figure sur les stèles funéraires, témoignage du raffinement, de l’élégance et de la beauté de la défunte. Au Moyen-âge, on parle de miroir « demoiselle » ou de « valet », quand il n’est pas caché dans des valves sculptées en ivoire...

Communiqué de presse

Photos de l'exposition



Galerie kreo Paris | 31, rue Dauphine 75006 Paris France | tel +33 (0)1 53 10 23 00
Galerie kreo London | 14A Hay Hill, W1J 8NZ London UK | tel +44 (0) 207 499 4611
Mentions légales