120 | Guillaume Bardet


DU 18 avril AU 26 juillet 2019 i
VERNISSAGE 17 avril 2019

Photos de l'exposition

Image

– Masse du bronze pour le Temps Présent –

 

Au commencement était la pierre. En 2002, pensionnaire à la Villa Médicis de Rome, Guillaume Bardet apprivoise 18 tonnes de marbre de Carrare, dont il extrait le Mobilier immobile, neuf pièces dont une méridienne aussi aérienne que la matière est pesante. A Rome, le jeune designer s’est imprégné de tant de lumières caressantes, ce qui va faire dessiller son périple, lui qui est né à Rouen en 1971, diplômé des Arts décoratifs de Paris en 1999. En 2009, il quitte Paris la grise, s’installe dans la plus lumineuse Drôme, à Dieulefit. Il s’ordonne, follement, de dessiner en solitaire, pendant un an, un objet par jour soient 365 pièces. Entre vertige et volupté. Il les réalise en terre avec des potiers de la Drôme, et les expose dans « L’usage des jours » présentée à la Manufacture de Sèvres, en 2012 (1). Et après ? Rester l’homme d’un seul exploit ? Dans sa maison à Dieulefit, il va vivre un nouveau temps long de solitude, se réfugier dans le dessin. S’accumulent cahiers et 600 croquis, qu’il photographie. « Une réserve de formes libres où il y a tout », où il n’y avait pas le « faire » au départ. Puis le bronze s’est imposé. Il découvre alors qu’il suit le cycle des âges : après l’essence de la pierre, puis de la terre, voici venu son âge de bronze. Le bronze...