Image
 

72
Ensemble

12 octobre - 24 novembre, 2012

Galerie kreo
31, Rue Dauphine
75006 Paris
+ 33 (0) 1 53 10 23 00
Image

Avant d’être un rassemblement d’œuvres, cette exposition est un lieu de rencontres. Une rencontre entre l’art contemporain et le design où la poésie est l’invitée d’honneur.
Une rencontre entre un collectionneur et une galerie dont l’admiration réciproque constitue la raison suffisante.
Une rencontre esthétique et amicale que le goût de découvrir cimente. Une rencontre avec le public devant lequel Marcel Brient révèle un pan choisi de sa collection.

Constituée de « mood rooms » – au sens où les musées d’arts décoratifs exposent des « period rooms » –, cette exposition associe et confronte, entre autres, le design profilé d’une table « Podify » de Konstantin Grcic et la puissance graphique d’un « Burned Out » de Michel Majerus, ou les envies d’ailleurs de l’échelle « Carbon Ladder » de Marc Newson et de l’ « Escalade » de Nate Lowman.

Mais ces alliages, qu’ils soient formels, historiques, conceptuels ou simplement inattendus, ne sont pas les fruits du hasard. Ils tombent tout droit, mûrs et réfléchis, des années de collection de Marcel Brient, amateur de l’art le plus contemporain et du design tel qu’il est défendu par la Galerie kreo – dont il fut l’un des premiers visiteurs dès son ouverture en 1999. Un compagnonnage et un dialogue ininterrompu que cette exposition concrétise. Déjà, en 2008, à l’occasion de l’exposition « Sixteen New Pieces », il écrivait : « Un mariage c’est, par exemple, mettre un porte-manteau de Naoto Fukasawa avec mon portrait réalisé par Felix Gonzalez-Torres, soit 85 kilos de bonbons. Cette proximité va changer le sens et la destination des œuvres. Le porte- manteau, lui, perd alors son premier degré : sa fonction. »

Chez lui, Marcel Brient vit avec une gravure de Sam Francis et des classeurs contenant les photographies de ses œuvres ; « tout est là, dans ma tête ». Chez eux, Clémence et Didier Krzentowski vivent avec leurs collections, d’art contemporain, de design, de luminaires et les souvenirs des collections précédentes. Cette rencontre est également celle de l’ascèse et de la profusion, qu’un même esprit réunit : attacher davantage d’importance à la prochaine pièce du puzzle qu’à celle qui vient d’être acquise.

À la Galerie kreo, dialoguent donc œuvres d’art, pièces de design et poésie. Voici la singularité de la proposition. Il ne s’agit pas que de voir mais aussi de lire et de dire, de peupler l’espace d’exposition par la ligne poétique. Et quels poètes : Arthur Rimbaud et sa « Lettre du Voyant », Paul Verlaine et sa « Sagesse », Antonin Artaud et son dessin et ses cahiers. Depuis le premier jour de son amitié avec Louis Clayeux, Marcel Brient a partagé sa passion de l’autographe, à Louis les ouvrages de poésie ancienne et nouvelle, à Marcel les autographes et les photographies d’écrivain. Justement, un écrivain, Susan Sontag dans « L’Amant du Volcan » (1992), a ses justes lignes sur le goût de collectionner : « Les collections rassemblent. Les collections isolent. Elles rassemblent ceux qui aiment une même chose. (Mais personne n’aime comme j’aime, moi ; ni assez.) Elles isolent de ceux qui ne partagent pas la même passion. (Presque tout le monde, hélas.) Je vais donc essayer de ne pas parler de ce qui m’intéresse le plus. Je vais parler de ce qui vous intéresse, vous. Mais cela me fera penser, souvent à ce que je ne peux pas partager avec vous. Oh, dites. Vous ne voyez pas. Vous ne voyez donc pas comme c’est beau. »

Il y a fort à parier que nous verrons tous comme c’est beau.

_
Clément Dirié

Images de l'exposition